samedi 20 juillet 2013

ELLE NE PERD RIEN POUR ATTENDRE CETTE GAUCHE MEPRISANTE, TOUJOURS BIEN-PENSANTE, ET TOUJOURS MAL-FAISANTE...!



Tous ces gens qui, après avoir trahi tous leurs idéaux pourtant vivement proclamés de progrès, à seule fin de garantir coûte que coûte la primauté de leur “clan”, auquel ils se flattent de participer et duquel ils prétendent pouvoir se prévaloir vis à vis des autres, et qui, évoluant dans la mouvance de l’actuel pouvoir, vont jusqu’à trahir en continuant de le soutenir sans vergogne, les intérêts supérieurs de la nation, se comportent désormais comme s’il existait dans ce pays, une catégorie de “sous-citoyens”, presque de “sous-hommes”. Elle serait formée par tous ceux qui selon eux, n’ont pas les facultés intellectuelles suffisamment développées, pour pouvoir apprécier à sa juste valeur la totale pertinence de leur savante pensée, celle qui les conduit à modifier sans la moindre précaution et sans la moindre retenue, tout ce qui constitue le cadre pourtant forcément “commun”, et empreint d’une nécessaire “familiarité” selon un ensemble de traditions, de nos existences...

Peu importe donc pour ces gens si convaincus, voués qu’ils sont à satisfaire en permanence leur narcissisme, de leur supériorité conceptuelle, qu’une moitié du pays sinon davantage ne soit d’accord, ni avec l’étendue des bouleversements imposés, ni surtout avec la précipitation, la brutalité, et le total mépris des avis contraires avec lesquels ceux-ci le furent. Peu leur importe que cela puisse créer chez ceux qui ne sont pas de leur clan, un profond malaise, puisque pour eux, il doit être dit et entendu une bonne fois, qu’ils ont forcément et entièrement raison, contre tous ceux d’un avis contraire, et que, devraient-ils contraindre ces derniers jusqu’à les en faire vomir, que cela ne pourrait être que pour le bien de tous...

Ce clan bien-pensant et mal-faisant, s’appuie donc sur le fait que les voies tourmentées de la vie politique de ce pays aient conduit à la constitution au sein de ce qui demeure encore improprement dit, la “représentation nationale”, d’une majorité de “godillots” à ses ordres, pour considérer qu’il possède de fait une légitimité à exercer un pouvoir sans limite et sans la moindre considération pour ceux qui ne sont pas de cette église, et surtout, pour offrir à ceux du clan, la délectation suprême de voir ainsi offensés et humiliés selon le cri vengeur de Brennus, les “vaincus” d’en face...

Or, dans leur sagesse les hommes s’entendent à dire depuis des millénaires que si puisque tels, les combattants peuvent être “vaincus”, ils ne doivent pour autant jamais être “humiliés”. Mais c’est pourtant à l’humiliation des autres que s’emploie maintenant le clan malfaisant, ne se contentant pas de modifier les règlements, mais allant jusqu’à imposer dans le décor tranquille et nécessairement neutre pour le respect de tous, de nos existences, comme un crachat qu’ils nous lancent au visage, les signes de leur défiance et de leur mépris pour nous, qui ne sommes pas de leur clan...

Nous n’avions absolument pas besoin de savoir que la nouvelle illustration de Marianne ornant les nouveaux timbres poste, qui par ailleurs est assez jolie, avait été faite en prenant pour modèle, une militante d’un mouvement qui s’en est allé insulter et provoquer des fidèles en prière, jusqu’au cœur de leur sanctuaire, en contrevenant totalement à la loi de ce pays qui garanti la liberté de culte et de conscience pour chacun.

Rien n’empêchait en toute intelligence, de déclarer que le choix de cette effigie fut fait pour une simple raison esthétique, même si par delà, certains pouvaient éprouver une certaine jouissance à en savoir quelle en avait été l’inspiration. Mais, la publicité qu’on s’est dépêché de faire à ce sujet, en mettant en avant qui avait été le modèle de cette illustration, et en ajoutant, information à vérifier, que le choix de celle-ci fut entre autre, celui d’un président de la république censé être celui de tous les citoyens, ne relève que de la volonté gratuite et totalement malsaine, d’humilier, et de contraindre ainsi ceux qui ne serait pas spontanément disposés à le faire, à une reconnaissance de fait de cette extrémiste, comme étant représentative par sa philosophie, des valeurs partagées de la nation ...

Honte sur tous ceux qui ont manipulé cela, et dont il est clair que ce sont les mêmes qui s’emploient depuis déjà plusieurs années, à saper toutes les bases sur lesquelles demeure édifiée la nation, pour pouvoir livrer hors du champ protecteur de celle-ci, les citoyens à la merci des prédateurs...

Cette coutumière de l’injure et de l’obscénité comme façon de combat prétendument idéologique, ne s’est pas trompée quant à la volonté d’humilier qui à conduit cette affaire puisque, traitant indistinctement selon la pauvreté d’esprit qui l’anime, “d’homophobe”, tous ceux qui ne partagent pas sa philosophie, elle s’est alors écriée avec délectation :

“Ainsi tous les homophobes seront obligé de me lécher le cul...!”

C’est alors que ceux du clan malfaisant éclatent de rire...

Qu’ils prennent garde cependant, car, en traçant comme ils ne cessent de le faire une voie royale pour l’extrémisme, ils devraient se souvenir qu’il fut un jour un homme pour dire à ceux qui riaient comme eux :

“ Un jour viendra où nous vous feront cesser de rire...”

Et cet homme nous le savons, à tenu sa promesse d’une façon terrifiante...


Paris, le 15 juillet 2013
Richard Pulvar