dimanche 18 août 2013

SOYONS SERIEUX !



Qui peut croire que les forces mystico-mafieuses qui se sont emparées des rênes du pouvoir dans les nations atlantiques, pour pouvoir disposer de leurs puissantes armées, afin de mener au nom de ces nations et de leurs populations, des guerres criminelles aux quatre coins de la Terre, et ceci, pour satisfaire leur projet de domination universelle, vont laisser se constituer un puissant monde arabo-musulman de plus d’un milliard d’habitants, alors même que la croyance de ceux-ci ne les prédispose pas à se soumettre à leur prétention...?

Il est connu qu’il faut diviser pour régner, et ces puissants qui jouent toujours avec un coup d’avance, montrent par tous leurs succès en ce sens, à quel point ils ont la maitrise de cet art de la malfaisance, et leur coup de génie sera de constamment parvenir à offrir comme ennemis à ceux qu’ils entendent placer sous leur joug, leurs propres frères qu’ils leur ont auparavant rendus insupportables...

Ainsi en est-il de façon exemplaire, dans ces événements dramatiques qui accablent l’Egypte, une nation de plus de 80 millions d’habitants dont il est évident qu’elle est appelée à devenir puissante, et qu’il convient donc de la rendre incapable d’ambition, et où les deux factions rivales et leurs supporters exaltés, s’accusent mutuellement de faire le jeu de l’occident, et de bénéficier des faveurs de celui-ci.

Il y a deux erreurs grossières dans cette façon de voir les choses...

La première, c’est de ne toujours pas avoir compris, et telle demeure l’erreur fatale de beaucoup de gens qui raisonnent encore selon les vieux schémas des antagonismes du passé, tels que est-ouest, nord-sud, et même blancs-noirs, ou encore chrétiens-musulmans, que dans ce système désormais “mondialisé”, le “nouveau pouvoir” n’est absolument plus “localisé”. Ceci, ni selon le partage des nations qu’il n’a précisément de cesse de détruire, ni celui des races, ni celui des croyances.

Les localisations de ce pouvoir ne sont que celles des moyens des nations avec lesquelles il opère, telles que les Etats Unis d’Amérique ou la France, les deux nations qui représentent commodément pour lui, le bellicisme occidental auquel alors vont s’en prendre ceux qui à cause de lui, se trouvent sous les bombes...

Mais il est temps de prendre conscience, en constatant la malfaisance totale qui aura été la leur dans les nations concernées, que le pouvoir qui exerce actuellement aux Etats Unis, qui a vu en quelques temps la concentration de la puissance financière dans les mains d’une oligarchie supranationale, et provoqué la ruine de régions entières du pays et de millions d’Américains, n’est pas un pouvoir américain, même si ce sont l’armée américaine et les services de ce pays qui constituent son bras armé. Il ne s’agit pas d’un pouvoir américain en ce sens qu’il n’exerce pas au bénéfice, ni de la nation, ni du peuple américain, qui se retrouve aujourd’hui totalement enfermé dans un carcan de lois liberticides, pour que le moment venu, puissent être traités les meneurs, en prévision de l’instant où il prendra une pleine conscience de sa situation.

De la même façon, le pouvoir qui exerce actuellement en France, dont la collusion totale avec celui qui exerce aux Etats Unis est spectaculaire, et qui mène une politique qui n’est qu’une trahison totale, sur le plan intérieur, et surtout sur le plan extérieur, des intérêts supérieurs de la nation, avec la soumission du peuple aux intérêts de puissances financières, et l’utilisation de son armée dans des “machinations” qui n’ont rien à voir avec la défense nationale, n’est pas un pouvoir français.

Nous avons tous cru que l’actuel président des Etats Unis exercerait le pouvoir en tant que nègre, c’est-à-dire selon une approche différente de celui-ci, et nous avons cru constater ensuite, qu’il ne l’exerçait finalement qu’en tant qu’Américain qu’il est supposé être. Mais en réalité, il n’est ni l’un ni l’autre, car au niveau du “nouveau pouvoir”, ces catégories raciales ou nationales n’existent pas. C’est d’ailleurs ce qui explique la toute puissance de l’actuelle “Françafrique”, où il est manifeste que les appartenances raciales ou nationales de ses membres sont de bien peu d’importance par rapport à ce qui constitue leur objet fédérateur. C’est d’ailleurs une erreur commune de croire qu’elle exerce au bénéfice de la France et du peuple français, car elle exerce en réalité au bénéfice de sociétés uniquement de droit français, telles que la société Total, mais dont les capitaux ne sont plus français depuis longtemps, et qui finalement n’enrichissent pas réellement, ni la nation ni le peuple français.

Selon ses bases mystico-mafieuses, le “nouveau pouvoir” qui se désigne lui-même comme étant le “ Nouvel Ordre Mondial”, ignore totalement les partages de nation, de race, et de religion, pour ne connaitre qu’un seul et unique partage, celui de ceux qui exercent ce pouvoir, face à ceux qui le subissent, et tout l’échec de ceux qui prétendent lutter contre lui, tient au fait que c’est à partir de ces anciens partages qui ne le menacent donc en rien, qu’ils mènent en vain leur combat.

L’autre erreur grossière concernant l’affaire d’Egypte, consiste à croire que ce que nous conviendrons encore par commodité d’appeler “l’administration américaine”, en étant conscient qu’elle n’a rien d’américain, pourrait avoir une préférence pour l’une où l’autre des parties qui s’opposent, et pourrait souhaiter la victoire de celle-ci. Or, tous ses atermoiements montrent bien qu’il n’en est rien, et qu’en réalité elle les déteste tout autant les uns que les autres, ne souhaitant qu’une chose, qu’ils s’éliminent les uns les autres, selon un schéma bien rodé qui consiste à faire chasser un dictateur par des islamistes, et faire chasser ensuite ces islamistes par un nouveau dictateur, et ainsi de suite, de sorte qu’à aucun moment il n’y ait la moindre place, pour que puisse accéder au pouvoir, un démocrate...

Ceux qui soutiennent encore les islamistes en leur prétendant une légitimité démocratique, alors même qu’il est clair qu’ils ne se servent de la démocratie que pour parvenir au pouvoir afin de mieux la détruire, manquent de comprendre simplement que le fait de religieux doctrinaires et armés à la tête d’une nation et qui, loin de se contenter de gérer la “chose publique”, prétendent interférer dans la sphère privée des citoyens, pour les obliger au mépris de leurs choix et de leur conscience, constitue un archaïsme et une régression totale du fait “civilisateur”. Ceci dans le sens fondamental du “civis”, qui est par définition un “associé”, et justement pas un “obligé”.

D’autre part, ces mouvements islamistes comme d’autres groupes extrémistes exaltés, sont les instruments commodes dont se sert “l’empire” pour défaire les nations, lesquelles constituent les derniers remparts qui nous mettent à l’abri de son hégémonie universelle, et c’est ce que semble avoir compris ce général qui à n’en pas douter, est un nationaliste, et qui sait très bien que cet empire ne l’a pas aidé à défaire l’ancien dictateur, pour ses beaux yeux. Et si le nouveau pouvoir manifeste tant de haine à l’égard de l’Iran, c’est parce qu’il sait, depuis la guerre qu’il avait provoqué contre lui par le moyen de l’Irak, que tout comme l’ivoirien, le libyen, et le syrien, ces gens sont des patriotes...

Paris, le 17 août 2013
Richard Pulvar