samedi 1 juin 2013

QUE VAUT LA PENSEE DOMINANTE D'UNE SOCIETE DECADENTE ?



Par définition elle ne vaut rien, car si cette pensée était positive, la société qui la porte ne serait justement pas décadente...

La stupidité dans cette affaire, consiste à prétendre que le "changement" suffit au progrès, alors même que tout comme ce progrès, la décadence s'opère elle aussi, par changements successifs.

Ainsi, les modifications issues des errances de la pensée qui sous-tend une décadence, sont-elles le plus gratuitement et sans s'offrir le luxe de plus d'analyse, présentées en tant que changements, comme éléments du progrès.

Dans une société décadente, la pensée dominante qui justifie les modifications fondamentales qui s'y opèrent et qui la dénaturent, est donc par définition, une pensée débile...

Il est clair qu'il ne se produirait jamais décadence, si la pensée dominante demeurait constamment positive, et le seul constat d'une décadence, suffit à démontrer que telle qu'elle s'exprime dans sa prétention de progrès, cette pensée ne l'est pas...

Dès lors, la seule porte de sortie pour ceux qui soutiennent alors ces changements, c'est de montrer que telle qu'elle les inspire, cette société n'est pas décadente, mais que tout au contraire, elle se trouve dans une phase ascendante de son évolution, puisque la loi du temps qui nous régit, impose qu'elle soit forcément dans l'une ou l'autre de ces phases...

Biens sûr, concernant notre actuelle société, ils vont quand même avoir du mal à nous dire qu'elle se trouve dans une phase ascendante de son évolution. Il va donc leur falloir constater leur totale "incohérence", mais cela, ils n'ont justement déjà plus la cervelle pour le faire...

Il demeure que sortir d'une décadence nécessitera de revenir à des fondamentaux, liés à la simple logique universelle des choses, celle par laquelle nous avons le bonheur d'exister, et qu'il n'appartient à personne, du fond de sa masturbation intellectuelle, de prétendre refaire...

Paris, le 27 mai 2013
Richard Pulvar