jeudi 6 septembre 2012

TRAHISON AU SOMMET DE LA NATION ! CEUX DEVENUS NOS DIRIGEANTS PAR UNE MANIGANCE DE CELLES-CI, FONT DE NOUS LES MERCENAIRES DE NATIONS CRIMINELLES




Ce que dit ce titre, c’est-à-dire la trahison de celle-ci par ses propres dirigeants, est une des plus cruelles et des plus accablantes épreuves auxquelles, par les méandres de son histoire, une nation peut se trouver confrontée. Et celle-ci est d’autant plus redoutable qu’elle peut prendre l’aspect d’un mal insidieux, tel qu’une sournoise tumeur dont l’action demeure longtemps insoupçonnée, mais qui ronge des années durant et d’une façon irrémédiable l’institution républicaine, pour en faire par un dévoiement cynique de sa vocation initiale, un instrument de domination.

Partant de là, il est nécessaire que ces choses détestables qu’il serait plus aisé de taire, soient dites, non seulement parce qu’elles sont vraies, ce qui suffit déjà à leur dénonciation, mais surtout parce qu’une mise en alerte est bien sûr indispensable pour que nous puissions prendre avant des dommages dramatiques et irréparables, les dispositions nous permettant de conjurer ce mal. Car il s’agit en celui-ci, d’une “conspiration” contre nos libertés et nos choix, pour nous contraindre à accepter sans contestation, selon une philosophie inhumaine, des dispositions et des actes qui constituent autant d’injures aux options les plus élémentaires et les plus spontanées qui sont les nôtres, celles qui font précisément de nous des “ humains ”, afin du bien, de la justice, de l’équité, de l’honnêteté, de la fraternité, et de la paix.

Par delà les apparences et leurs revendications publiques d’appartenance opposées, soutenues par des affiches de ce qui devrait être leurs convictions intimes, mais qui ne sont en fait que des artifices de bonimenteurs soigneusement préparés, pour feindre de répondre aux attentes exprimées du peuple, ces hommes qui ont assumé ou qui assument encore, les plus hautes fonctions politiques de notre pays, participent en réalité d’une même mise en scène.

Ainsi, la tromperie est-elle l’instrument qu’ils ont choisi de mettre au service d’un projet funeste, celui totalement fou mais heureusement pour nous, voué à l’échec, de la volonté déterminée de domination d’un clan, sur tout le reste de notre humanité.

Par une manœuvre d’un machiavélisme jusqu’ici inédit, dont il faut reconnaitre la très grande habileté, et qui va totalement corrompre les procédures démocratiques par lesquelles nous tentons normalement de faire valoir dans la sérénité, une volonté majoritaire, ils sont parvenus à investir conjointement, et jusqu’à en prendre même le contrôle, les deux partis gouvernementaux. Or, ceux-ci étant supposés opposés, et censés répondre spécifiquement selon des options différentes, à une diversité d’aspirations représentant logiquement notre diversité sociale, ils ne sauraient être sainement les lieux d’expression des célébrants d’une seule et même chapelle.

Par cette manœuvre, et tout en sauvant les apparences d’un choix démocratique, ils se sont assurés pour que quel que soit le résultat des urnes, ce soit eux qui soient au pouvoir, pour mener avec des habillages différent, la même politique d’asservissement.

Cependant, la collusion de ces hommes se vérifie chaque année, au cours d’un repas organisé par un lobby dont l’objectif déclaré, est d’orienter la politique de notre pays, serait-ce à son détriment, au seul bénéfice d’une puissance étrangère à laquelle ils se sentent volontiers davantage appartenir.

La gravité de la situation est telle qu’aujourd’hui, il est plus que temps d’avoir enfin le courage de le constater, d’en admettre la terrible réalité et surtout de dénoncer et de combattre celle-ci sans répit. Car, par l’intermédiaire de “collaborateurs” nationaux, uniquement voués à satisfaire leurs ambitions personnelles, et dont elles ont favorisé la promotion par leur réseau d’influence, leur puissance financière et la manipulation médiatique, tout en profitant de nos faiblesses structurelles, des puissances étrangères et qui nous sont finalement hostiles, se sont bel et bien emparées des rennes de notre nation.

L’impasse géopolitique dans laquelle se trouvent ces nations malfaisantes, du au fait que par leur nature même, elles ne sont vouées qu’à la prédation, et qu’elles ont alors fatalement cristallisé contre elles les rancœurs des peuples du monde entier, les condamne à se fabriquer par tous les moyens comme “alliés”, des gouvernements qui se moquent éperdument de respecter les aspirations de paix, de justice et de fraternité, exprimées par leur peuples, et c’est malheureusement à cette lamentable catégorie, que désormais nous appartenons.

C’est à cette situation que nous devons déjà l’essentiel des désordres économiques qui nous ruinent, mais c’est surtout quant à l’avenir, parce que ces puissances hostiles ne nous destinent à rien d’autre que de nous charger de mener pour leur compte, et en en assumant les dommages, des guerres criminelles, que nous devons nous montrer vigilants et intraitables.

Cette prise de pouvoir sur nous de ces nations mal intentionnées, s’est donc faite par une véritable contamination par leurs agents, de nos partis gouvernementaux, et il est clair que compte tenus de la “disposition” psychique des militants et des sympathisants de ces partis, qui témoigne d’une dramatique “difficulté existentielle” qui frappe chacun de nous dans notre société dissolue, il n’aura pas été difficile pour ces manipulateurs, profitant de cette faiblesse, de se faire sacrer “rois” dans chacune des deux formations.

Ils ont alors procédé pour cela, avec une adresse qui prouve si besoin en était, qu’il n’y avait absolument rien de spontané dans cette opération, à une redoutable et quasi-imparable manipulation psychologique, celle qui aura consisté à “infantiliser” des citoyens par centaines de milliers, c’est-à-dire à les priver durablement d’une capacité autonome de jugement.

En effet, les conditions difficiles de nos existences depuis quelques années, dont ces conspirateurs sont d’ailleurs en grande partie responsables, mais dont nous manquons souvent de constater qu’elles ne sont pas tant physiques que psychiques, car pour la plupart d’entre nous, nous vivons encore dans des conditions qu’envieraient les trois quarts de notre humanité, ont fait peser sur nous durant toutes ces années une véritable “terreur”, celle de “l’exclusion”.

Dans ces conditions, la “précarité” ne se traduit pas simplement par le risque de perdre son emploi ou de perdre son logement, mais elle se traduit également par la peur de se trouver exclu d’une communauté d’opinion, qui ferait de vous un marginal, condition difficile que ne peuvent assumer que les “résistants”, ou les déçus de la société qui par bravade, veulent faire un bras d’honneur à celle-ci. Partant de là, “penser comme tout le monde”, c’est-à-dire selon la propagande de médias tenus par les conspirateurs, constitue une garantie “d’appartenance” qui de plus, chez des individus fragilisés et remplis de doute quant à eux-mêmes, semble les confirmer à leurs yeux, dans une normalité.

Un autre aspect de l’abus de faiblesse qui a permis aux conspirateurs de prendre un ascendant moral définitif sur ceux-là mêmes qu’ils ont par le fait asservis à leurs desseins, c’est que la précarité “affective” qui constitue la pire des plaies de notre société dissolue où “on n’aime plus”, a conduit bien des citoyens à établir une véritable relation affective de substitution, les spécialistes parlent alors de “transfert”, entre eux et le parti dont ils partagent les options proclamées, et les membres éminents de ce parti. Ces derniers sont alors devenus à leurs yeux en satisfaisant ainsi leurs illusions, des “proches”, forcément aimables comme tels, et de plus voulus et prétendus infaillibles et incontestables, dans leur fonction.

C’est là que de façon surprenante, se trouve la clef du problème, c’est à dire de ce qui, renforcé par une manipulation médiatique dont on comprend dès lors d’où vient sa redoutable efficacité, a permis aux conspirateurs de s’emparer sans coup férir, des rennes du pouvoir dans notre république.

Car autrement, n’importe quel esprit indépendant et tout simplement intellectuellement honnête, qui demeure donc insensible à la propagande, et qui ne se trouvant pas en mal “d’aimer” un admirable bienfaiteur, ne tente pas de se l’inventer dans la personne d’un quelconque homme public vanté par les médias, est en mesure sur la seule considération objective des faits, de constater la faillite totale et corrélativement la malfaisance inadmissible des deux partis gouvernementaux qui par alternance, se sont partagé le pouvoir dans ce pays depuis une trentaine d’années. Aucune malédiction n’étant tombée du ciel, et n’ayant pas eu davantage à subir sur notre sol les dégâts d’une guerre dévastatrice, ce sont donc bien ces partis et rien d’autre, tels qu’ils se trouvent totalement “noyautés” à cette fin, c’est à dire rendus incapables des initiatives nous permettant de faire face à la nécessité des temps nouveaux, qui sont responsables de notre descente aux enfers...

Comment un citoyen digne de ce nom, honnête homme, patriote, désirant le meilleur pour son pays, et soucieux de ce qu’il laissera aux générations futures, peut-il ne pas être plein de dégoût pour ces partis, et surtout pour ceux qui les dirigent ?

Est-il nécessaire de rappeler ici dans toute sa cruauté, la réalité de notre situation ?
Or, pire encore que toutes ces douleurs, dont certains pourraient considérer qu’il ne s’agit en celles-ci, que du poids de la croix que nous sommes censés selon eux, porter en ce bas monde, est cette ambiance délétère, ce climat de haine et de défiance entre citoyens, cette perte de confiance en l’avenir, et le renoncement à formuler de saines exigences de justice et de progrès quant à l’action gouvernementale, qui sont la conséquence du travail de division auquel les conspirateurs se sont employés. Ceci, pour s’assurer qu’à défaut d’une adhésion à leur personne, ce qu’ils savaient bien peu probable, ce soit par la détestation des autres que se trouverait établie leur clientèle, et c’est ainsi que les médias sur lesquels ils ont la haute main, se sont arrangés pour rendre ces autres publiquement indésirables.

Or, il doit être bien clair pour nous tous, que si les difficultés objectives constituent déjà pour nous une épreuve redoutable, l’état de division dans lequel nous devrions les affronter, ne nous laisserait aucune chance, car l’âme de toute une nation ne saurait lui faire défaut, à l’heure de mener ses combats...

Mais les militants et les sympathisants ont pour leur parti et pour ceux qui le dirigent, la même indulgence affective que pour un proche, dont on veut oublier les horribles défauts, serait-il devenu le pire des criminels, pour ne retenir que sa qualité, c’est-à-dire celle d’être précisément un proche, lorsqu’il s’agit de se rendre au parloir pour lui apporter des oranges, à Fresnes ou à la Santé.

Ainsi même dans toute leur insanité, ces dirigeants fauteurs de malheur trouvent-ils constamment grâce aux yeux de leurs inconditionnels au sein de leurs partis, de ces idolâtres qui les soutiennent alors avec des “bravo” et des “hourrah”, comme d’autres supportent leur équipe de foot, c’est-à-dire même lorsque celle-ci vient d’essuyer une cuisante défaite.

S’identifier charnellement à son parti et à ses dirigeants, jusqu’à en perdre le sens des réalités, voici l’infantilisme dramatique dans lequel ont sombré tous ceux qui se trouvent confusément en quête de “ Papa ”, et qui, malgré la malfaisance avérée de ceux-ci, continuent d’applaudir en faisant la preuve qu’ils ont définitivement perdu tout sens critique, les représentants de ces deux partis de faussaires, d’incapables, de tricheurs et de traitres, qui sont responsables de la politique de ce pays, et qui pour notre malheur, président à sa destinée.

Car, ce qu’il y a de plus terrifiant dans cette affaire, c’est qu’il apparait de plus en plus clairement que l’affaiblissement désespérant de notre nation auquel ils se sont employés, n’était pas dû seulement à la totale incapacité de ceux qui se sont retrouvés à la direction de ces partis, et qui ont ensuite été proposés pour diriger la nation elle-même, mais que cette opération par laquelle ce sont ces polichinelles qui ont été promus dans leur partis aux postes de responsabilités, s’inscrivait bien dans un plan machiavélique consistant à porter atteinte à notre nation, afin de l’asservir.

Il suffit pour s’en convaincre de constater de quelle façon ces gens nous ont rendus esclaves d’institutions financières, en justifiant de nos échecs économiques par une prétendue situation internationale, dont nous comprenons bien, à l’heure même où à l’autre bout de la planète, des nations en pleine santé parce qu’elles ne sont pas parasitées par un lobby malfaisant, affichent des taux de croissance à deux chiffres, qu’il s’agit d’une faillite organisée dans tout un groupe de pays auquel le nôtre appartient, afin pour les conspirateurs, de s’en rendre maitres.

Ceci, d’autant qu’ailleurs, des dirigeant inspirés et courageux ont su parfaitement libérer leur peuples de cette prétention de domination s’exerçant par la puissance financière, en faisant tout simplement et avec succès, “défaut” sur les dettes écrasantes qui les étouffaient, en refusant de faire de leurs peuples des esclaves. Et il est remarquable que ceux qui par la manœuvre, sont parvenus à la direction de notre nation, ne s’emploient tout au contraire quant à eux, qu’à nous engager à plus d’efforts et plus de sacrifices, pour la gloire et le profit des institutions financières qui pour la plupart d’entre elles, sont la propriété du “clan” qui les commandite...

Maintenant, s’il n’en était que de cette trahison de nos intérêts économiques, et malgré l’inconfort et l’injustice que tout cela constitue pour nous, nous pourrions espérer que par une rénovation du débat public, nous permettant de mettre hors d’état de nuire électoralement ces malfaisants, nous pourrions envisager une sortie du tourment...

Mais c’est là que le “complot” se révèle dans toute son ignominie. Car, pour s’éviter d’avoir à affronter tôt ou tard et dans des conditions qui leur seraient fatales, la vindicte populaire, risque que les circonstances font s’accroitre jour après jour, et d’autre part, pour satisfaire l’entreprise de domination de nations étrangères avec lesquelles ils ont des affinités, celles-là mêmes qui par l’intermédiaire d’un lobby malfaisant, se sont assurées de leur prise du pouvoir, c’est en nous destinant à la guerre, en faisant de nous les supplétifs de première ligne des dispositifs guerriers de ces nations prédatrices, que ces “agents” de l’ennemi entendent nous assujettir totalement.

Et il faut voir l’aplomb dont ces commis de l’enfer tout aux service de leur maitres, se montrent capables, pour nous vendre la raison d’une nation qui depuis sa fondation sur le génocide de toute une race, et la mise en esclavage d’une autre, n’est quasiment pas demeurée plus d’une seule année de toute son histoire, sans agresser des peuples aux quatre coins de la Terre, et de cette autre nation malpropre, qui tout au long de ses soixante années d’existence, n’a fait que semer la guerre et la désolation dans une région où elle a imposé sa présence, par l’incarcération de tout un peuple après l’avoir dépossédé de sa terre.

C’est donc en prétendant la raison de ces nations prédatrices, racistes et bellicistes, véritables injures à la conscience humaine, dont les services ont permis leur accession au pouvoir chez nous, avec en échange à charge pour eux de concourir à notre soumission, que ces agents de l’ennemi veulent nous entrainer dans une guerre, via la Syrie, contre L’Iran, cette nation qui pourtant depuis plus d’un siècle, n’a pas vu un seul de ses soldats, pas un seul, hors de ses frontières. Les voir ainsi proclamer dangereuse, cette nation que quant à eux ils n’ont de cesse de menacer depuis des années, montre la malhonnêteté sans limite avec laquelle ces gens conduisent pour notre malheur, et sous le contrôle de leurs maitres étrangers, la politique de notre nation.
Mais nous ne nous laisserons par faire !

Nous ne seront pas les esclaves de ceux qui se prétendent d’une essence supérieure au reste des mortels. Et nous n’accepterons pas davantage, qu’en prenant en plus le risque considérable d’avoir à subir une violente riposte de la part des puissances qui entendent, en justice et en conscience, s’opposer à ces guerres criminelles, et celui donc de voir par cela, la planète entière sombrer dans un conflit gigantesque qui constituerait une injure lancée à la face du ciel, qu’après que ce furent nos intérêts, nos soldats et peut-être même nos existences, soient sacrifiés, pour servir les intérêts de peuples indignes, par la décision de traitres à notre nation...

Ainsi, devons-nous nous tenir prêts, pour bien faire savoir à ces gens, à l’occasion des cortèges prévus pour contester cette politique, que nous n’entendons pas les voir continuer à gâcher nos existences, à nous mettre tous en grand péril, à nous ruiner définitivement, et sacrifier l’avenir de nos enfants, et que nous n’accepterons surtout pas, d’être rendus complices de leurs crimes…
Barrons la route à ces bellicistes, agents de l’ennemi... !


Paris, le 6 septembre 2012
Richard Pulvar