jeudi 6 septembre 2012

IL EST TEMPS MAINTENANT...


Photo : IL EST TEMPS MAINTENANT...  Puisque nous semblons, du moins souhaitons le, devoir prochainement toucher le fond, car nous ne pouvons envisager que cette descente dans les abysses puisse se prolonger encore longtemps, en confinant ainsi à notre anéantissement définitif, il est donc temps pour nous d'envisager enfin l'heure de la remontée, c'est à dire l'heure de la renaissance, qui viendra mettre heureusement fin, à cette société moribonde...  Projetons-nous vers l'avenir, en étant conscients que les fantômes qui prétendent actuellement animer la vie sociale de notre nation, mais qui n'ont su que la plonger dans une profonde léthargie, disparaîtrons quand reviendra enfin la lumière. C'est alors à nous qu'il appartient en ce sens, de ranimer le feu sacré du progrès et de l'humanisme, devant nous conduire à l'universalité, mais dont une gauche de "défroqués", nom traditionnellement donné aux prélats ayant renié leur engagement, à abandonné le ministère...  Soyons conscients du fait que ceux qui tiennent actuellement la place, alors même que manifestement, ils n'y ont absolument rien à y faire, ne sont là qu'à cause du vide de proposition créé par tous les renoncements auxquels des années durant, ils nous ont eux-mêmes incités, face à leur incapacité totale de satisfaire la moindre de nos aspirations de justice et de progrès...  Ceci pour dire que notre "créativité" est une arme qui leur sera fatale...!  Réveillons-nous et agissons, c'est-à-dire, ouvrons tout d'abord le vaste débat nécessairement préalable aux autres actions, quant à la façon dont nous autres, humains sur cette Terre, citoyens de ce monde, allons nous organiser pour le meilleur de notre existence , c'est-à-dire pour un monde de paix, de progrès et de fraternité, loin des sirènes affairistes et bellicistes...  La déesse "Isis", fut celle qui rassembla les parties dispersées de sont frère Osiris, afin d'une "renaissance" de celui-ci, après qu'il ait été assassiné par son autre frère Seth.  Elle se trouvait alors célébrée dans une enceinte sacrée, constituant précisément un lieu de "rassemblement", le "Par".  C'est afin de cette fonction de rassemblement, que fut créé le "Par-Isis", d'où l'orgueilleuse capitale tire son nom.  Il fut établi, dans des temps immémoriaux, en un lieu choisi parce qu'il s'y exerçait un "tellurisme" particulier, permettant aux hommes en quête d'un "au-delà" de leur banalité, autrement dit en quête d'excellence, de bénéficier pour cette préoccupation et en cet endroit, d'un "éveil" exceptionnel.  Ce sont des prêtres africains du "Loup", science qui permet de définir les endroits les mieux "seyants", afin de certains exercices des hommes, en fonction du tellurisme qui s'exerçait en ces endroits, qui à ces époques lointaines ont consacré le lieu du "Parisis"...  La Terre dans sa fonction "nourricière" se disait alors chez eux "Tété" ou "Tétia".  Parce qu'elle constituait la faveur de la bonne inspiration des hommes en quête de progrès, cette terre choisie pour cela et où se trouvait établit le Parisis, était alors dite "Terre de lumière", expression dont la capitale à tiré sa réputation de "ville lumière", ce qu n'a rien à voir avec l'éclairage public, et qui se disait alors, "Lu-Tétia", qui a donné son nom à la fameuse "Lutèce"...  Ainsi, le retour "atavique" massif d'Africains en cette "Terre de lumière", que certains de leurs lointains ancêtres ont consacré, n'a-t-il strictement rien d'invraisemblable...  Cependant, ce qui nous importe maintenant par dessus-tout, c'est la fonction de ce lieu consacré "nominalement", c'est-à-dire en tant que "Parisis", au "rassemblement des hommes", autrement dit à  "l'universalité", afin d'une "renaissance", celle qui sur le plan social, fait suite à une "révolution".  La "grande révolution universelle", qui nous fera enfin sortir des ténèbres d'une civilisation parvenue à bout de souffle, est appelée à se développer à Paris...  Tous ceux qui se trouvent en cet endroit savent désormais quelle est leur charge, vis à vis de notre humanité...                                             Paris, le 2 septembre 2012                                                    Richard Pulvar    P.S. "Fluctuat nec mergitur", cette fameuse devise de la ville de Paris, signifiant "il est balloté mais ne sombre pas", se trouve illustrée par une nef, dérivée de la barque d'Isis...