samedi 24 mars 2012

QUAND IL NE RESTE PLUS A “L’IMPOPULAIRE”, QUE DE TENTER LE “POPULISME”, CETTE ANTICHAMBRE DE LA DICTATURE



Aux dernières nouvelles, et à l’heure où ceci est écrit, il semblerait que le tueur fou présumé de Toulouse, ait été abattu, ou “suicidé”, par les forces du RAID.

S’est donc réalisée, la pire hypothèse de dénouement de cette affaire, évoquée dès hier, et concernant laquelle je vous disais qu’il ne serait pas nécessaire d’en dire plus, parce que dès lors, nous saurions tous parfaitement quoi penser de toute cette sordide affaire.

Cet homme encerclé, et dont il est clair qu’il finirait par avoir faim et sommeil un jour, et dont le siège n’aurait pas manqué d’avoir raison de lui, ne présentait plus comme tel aucun danger, sauf contre lui-même...

Si donc l’intervention à été menée pour éviter qu’il ne mette lui-même fin à ses jours, il est manifeste que l’opération à totalement échoué. Mais plus probablement, il s’agissait certainement d’en finir. Car dans l’hypothèse la plus certaine d’un paumé manipulé, il n’était pas question qu’il puisse demeurer en vie, et cette mort tendrait à confirmer cette hypothèse. Mais observons également qu’une opinion publique tenue en haleine, attendait aussi “elle”, qu’on en finisse, avec celui qui ne fut pas loin d’être présenté comme un Hitler en herbe.

Mesurons bien toute la gravité de cet événement, qui ne demeure l’acte isolé d’un paumé raciste et exalté, que pour les “téléspectateurs”, lesquels sont, comme nous le savons, bien au fait de toutes ces questions, et de tous leurs aspects, grâce aux éclaircissements qui leurs sont abondamment apportés, par la noble classe politico-médiatique…

Dans cette campagne électorale humiliante pour notre nation, et dont les protagonistes s’en vont à la pêche aux arguments, au fond des caniveaux, puisqu’il ne leur est plus possible de trouver quelque chose à dire quant à la “chose publique”, dans la mesure où celle-ci n’existe justement plus, ses institutions ayant été mises totalement au service d’intérêts particuliers, il fallait bien s’attendre à ce que ce serait désormais par l’émotion, la vindicte, la haine, le ressentiment, l’ostracisme, la suspicion, l’accusation, le dénigrement, et la flatterie des gogos de la France bien pensante, que le débat allait être mené...

Soyons bons joueurs, et reconnaissons à ces faussaires et manipulateurs, que leur coup constitue un “coup de maitre”, d’une efficacité d’autant plus remarquable, qu’ils semblent avoir parfaitement mesuré, pour en avoir été la cause, l’état de déliquescence morale totale, dans lequel la population de ce pays à sombré, ce qui la rendait parfaitement malléable, pour pouvoir épouser toutes les esbroufes, seraient-elles criminelles...

Souvenez-vous, si vous m’avez fait l’honneur de me lire. Dans un article publié ici même il y a quelques temps seulement, et intitulé “ la commerce de la sottise et de la honte”, je vous disais que loin d’avoir principalement le sort des immigrés pour objet, puisqu’ils n’intéressent personne, toute la manipulation consistant à solliciter, en prenant les mœurs réelles ou fantasmées de ces immigrés pour prétexte, le bas ventre et les bas instincts des Français, n’avait comme finalité que de parvenir à assouvir ce peuple français lui-même...

Hé bien nous y sommes...!

Voici comment un homme, que nous savons maintenant “fabriqué” de toutes pièces, par les services secrets d’une puissance étrangère, auxquels il doit d’être parvenu à la plus haute responsabilité de notre pays, pour pouvoir engager la nation dans des dispositions tout à fait opposées à ses intérêts et à son indépendance, et qui, condamné par un bilan catastrophique, et enterré par les sondages, vient, par une manipulation criminelle dont le fait ne peut échapper qu’aux gogos, se faire passer pour le rempart contre des français rendus douteux par leur origines. Et ceci, après que fut savamment organisée une campagne mettant en cause, jusqu’aux règles alimentaires de la religion de ceux-ci.

Ainsi, cet homme dont les Français excédés, ne voulaient plus, risquent-ils désormais de le reconduire, au prix de la soumission définitive de notre nation aux puissances d’argents, et au lobby malfaisant, qui le missionnent, parce qu’il a su très habilement, avec un cynisme et une détermination diabolique, les attraper par les tripes et par les couilles...

Si ce plan aboutit, c’est alors que s’ouvrira l’heure d’une dictature de la pire catégorie, c’est à dire de celle dont les victimes, acclament leurs bourreaux...


Paris, le 22 mars 2012
Richard Pulvar